Création Mondiale du poème symphonique "Tableaux d'une vie arabe" de Salim DADA​​

Les deux jeunes compositeurs Salim Dada (Algérie) et Olivier Penard (France) ont été choisis par le Fonds d’Action SACEM et l’Orchestre Symphonique Divertimento pour composer deux poèmes symphoniques pour le Cinquantième anniversaire de l'indépendance de l'Algérie.

Création Mondiale de ce diptyque musical lors du concert d'ouverture de la saison musicale de la Cité de la Musique « Algérie-France : Une symphonie pour 2012 » le 11 septembre 2012 à Paris.

Production : Orchestre Symphonique Divertimento et Cité de la musique.

Captation vidéo : Arte France

 

Voir Tableaux d'une vie arabe de Salim DADA à partir de 1h33

Argument :

 

En 1908, Paris a pu découvrir Tableau de la vie arabe dans tout son éclat et toute son élégance ; un livre contenant une vingtaine de romances et légendes du Sahara d’Algérie, racontées sous forme de récits poétiques et passionnés par Slimane Ben Brahim, peintes merveilleusement par Étienne Dinet… Une magnifique collaboration croisant ces récits poétiques, les illustrations du peintre, et les commentaires de l’écrivain sur les toiles de son ami.
Cette fine amitié humaine et artistique qui a su dépasser les mêlées idéologiques, religieuses et politiques, reste de nos jours exemplaire. Dans un lyrisme fantasque et un témoignage pictural, cette amitié a donné naissance à d’innombrables ouvrages écrits à quatre mains, maniant ainsi la plume et le pinceau, le qalam et le crayon, au privilège d’une ethnographie algérienne de l’époque.
En 2012, plus d’un siècle après la publication de ce livre, cinquante ans après la fin de la guerre militaire, j'ai tenu, en tant que compositeur algérien, enfant de l'indépendance, à composer mon poème symphonique « Tableaux d’une vie arabe », rendant ainsi hommage à ce sublime syncrétisme humain et artistique. Inspiré des toiles allégoriques d’Etienne Dinet et des fabuleuses histoires de Slimane Ben Brahim, l'idée consistait à offrir une partition d’orchestre reflétant à la fois la simplicité et la rudesse de la vie au Sahara, le lyrisme et le rythme de sa prosodie arabe et le dramatisme inhérent à ses merveilleuses légendes. Divers visages de la vie algérienne du XIXe siècle sont évoquées au long des tableaux de ce poème : scènes de chasses, scènes de batailles, amour idyllique, paysage saharien, fête urbaine… Un récit musical imaginaire et syncrétique, qui ne dissimule pas pour autant ma préoccupation d’artiste à l’égard des bouleversements actuels du monde arabe.

Salim DADA
 Paris, août 2012



Revue de presse :

 

Ouverture.net, 30.08.2012 (France)

Reporters, 09.12.2012 (Algérie)​​​

El-Watan, 11.01.2013 (Algérie)